Logo Souvenir Français - Grand
Logo LOUDUN Grand
Le Souvenir Français - Comité de Loudun
Nous
Nos activités
Nos héros
Témoignages
Médias
Événements
Nos services

ROWEK Albert

Chandelier 7 branches
Bouton Liens
ROWEK Albert rescapé de la shoah

ROWEK Albert

Rescapé de la Shoah

C’est toujours avec beaucoup d’émotion qu’Albert Rowek Loudunais de cœur, revoit son arrestation, sur les lieux de son travail, chez M. Chabrol jardinier, rue du Martray à Loudun. 
Albert, se souvient après la guerre, des années passées chez Mme Gaboriaud , sa famille d’accueil, qui lui sera de grand secours pour se reconstruire. 
Il travaille à la fabrique de meubles Fernand Cadeillan, ses loisirs sont : la boxe avec l’équipe pugiliste de Loudun et le théâtre avec le Groupe Artistique Cornay, il participe également à la cavalcade de la Saint-Jean de 1948. 
Le témoignage d’Albert est émouvant, né à Nancy, il raconte l’exode de sa famille à Libourne puis en résidence surveillée à Rouillé où les gendarmes les arrêtent le 15 juillet 1941, le jour de ses 14 ans. 
Ils sont conduits au camp de la route de Limoges à Poitiers et c’est là, dans la promiscuité qu’ils cohabitent avec les familles Tziganes dans des conditions précaires. 
Il est libéré en septembre 1941, grâce à l’intervention de RP Fleury et du Grand Rabbin Elie Bloch, Albert est placé près de Lencloître, au château de la Plaine, chez des cousins (Famille ROZNER). A partir de ce jour, il ne reverra plus son papa, sa maman et ses sœurs chéries. 
Ses cousins sont arrêtés pour les mêmes motifs, Il reste seul avec son cousin Armand et sa cousine Hélène, c’est à Loudun, dans la famille Gaboriaud qu’ils trouvent refuge, toujours par l’intermédiaire du RP Fleury et du Grand Rabbin Elie Bloch, qui lui aussi, sera arrêté et déporté avec les enfants qu’il cachait. 
Au début de l’année 1943, Albert est arrêté sur le lieu de son travail par les gendarmes de Loudun puis il est dirigé avec ses cousins dans un centre d’enfants juifs à Paris, l'UGIF (union générale des juifs de France), rue Lamarck à Paris. 

Hélène et Armand ROZNER - Albert ROWEK au Centre Lamarck
Le 21 juillet 1944, il est de nouveau arrêté avec ses cousins par les gendarmes de Paris et dirigé sur Drancy où ils embarquent le 31 juillet, dans des wagons à bestiaux plombés. 
C’est le dernier convoi de la mort n° 77 en partance pour Auschwitz. Sur les 200 enfants du convoi, seulement 15 survivront. 
A leur arrivée, il est séparé de sa petite cousine et de son petit cousin qui seront dirigés de suite vers les chambres à gaz. Il survivra comment !... il se le demande encore aujourd’hui. 
 
Vidéos - Témoignage d'Albert ROWEK
La jeunesse à NANCY  Page
L'exode en Gironde et dans la Vienne  Page
Le passage au camp de DRANCY  Page
AUSCHWITZ  Page
La libération  Page
Photographies commentées Page
Participation à la vie loudunaise après la guerre
 
Drapeaux Français et Israelien
Le 21 juin 2012 avait lieu, à l'Hôtel de Ville de Loudun, la remise de la Médaille des Justes parmi les Nations à titre posthume à M. Alphonse GABORIAUD et son épouse représentés par leur fille ainée, Mme Nicole GABORIAUD. 
Diplôme Citoyen D'honneur de Loudun

Le même jour, Albert ROWEK est fait citoyen d'honneur de la Ville de Loudun par Mr Eleftérios BENAS, maire de la ville.

La Nouvelle République - Rescapé des camps de la mort 1
La Nouvelle République - Rescapé des camps de la mort 2
Collège de Chavagnes à Loudun Le témoignage d'Albert ROWEK