Logo Souvenir Français - Grand
Logo LOUDUN Grand
Le Souvenir Français - Comité de Loudun
Nous
Nos activités
Nos héros
Témoignages
Médias
Événements
Nos services

NOIREL Jean et Julien


 
NOIREL Jean Émilien
Tressange 11 Juillet 1923 - Dora 13 Juin 1944

NOIREL Jean  


NOIREL Julien Marcel
Tressange 17 Décembre 1921 - camp d'Ellrich 1945
  NOIREL Julien
Légifrance 18 Août 1995 Morts en Déportation 

Plaque NOIREL Jean et Julien
Plaque mémorielle NOIREL Jean et Julien - Monument aux Morts de Pouant.
 
Réfugiés lorrains.
Arrétés par la Gestapo à Pouant .
Forces françaises combattantes (FFC).

Odette François Le Déporté N° 576
Réfugiée à Pouant, Mme Odette François, née Noirel, raconte dans un manuscrit dédié à ses enfants, l’effroyable nuit d’épouvante qu’elle a vécue aux premières heures du 19 janvier 1944. Ses frères, Julien et Jean, sont arrêtés et ne reviendront pas de la déportation. « La nuit, dès les premières heures de ce 19 janvier pluvieux et glacial, à 5 heures du matin, par une forte tempête de vent et de pluie, on entendit un vacarme effroyable dans la cour : des Allemands pénétraient sans ménagement dans la maison. Mme Bassereau, en chemise de nuit, pieds nus, entourée des hommes de la Gestapo, avait eu juste le temps de passer une cape sur ses épaules. « Les uns s’introduisaient directement dans la chambre de mes parents, les obligeant à se tourner le dos. C’était alors le questionnaire auquel ils ne pouvaient apporter aucune réponse. Maman de leur poser à maintes reprises : “Mon fils ? Qu’avez-vous fait de mon fils ? Qu’en avez-vous fait ?” Eux de répliquer sèchement : “Répondez aux questions !”… « Une sentinelle, à la porte, gardait la chambre. Maman nous expliqua par la suite que, remarquant son angoisse, le soldat essaya avec compassion de la rassurer en lui disant : “Si votre fils n’a fait que des faux papiers, cela va s’arranger.” Pendant ce temps-là, Mme Bassereau subissait l’interrogatoire des autres dans le couloir, battue par ces brutes. C’était d’une voix plutôt douce et résignée que nous l’entendions répondre : “Non… Je ne sais pas ou je ne connais pas.” À chaque réponse, les coups tombaient. Une simple cloison séparait le couloir de la pièce où nous dormions, ma sœur et moi ; ce qui fit de nous les témoins de ces faits. » 
Extrait de : Loudun pendant la guerre 1939-1945 - J. Sergent 2017
 
Tressange - Plaque Rue Jean et Julien NOIREL
Photographie : Mairie de TRESSANGE
A Tressange il y a la rue Jean et Julien Noirel.